[Electrypop Interview] Lezia!

 

                               ©NB Records

1) Bonjour Lezia, peux-tu nous parler de toi? 

Bonjour, je m’appelle Lézia, je suis une artiste Montpelliéraine, originaire de l’île de la Réunion.  J’ai commencé la musique très jeune de façon très naturelle. Ayant grandi dans une famille de musiciens, avec un père régisseur son, j’ai toujours baigné dans cet univers musical. Je suis, comme on dit « tombée dans la marmite ». Toute petite, c’était fréquent que j’accompagne mon père sur des festivals, et de  nombreuses scènes diverses. J’ai ainsi eu la chance d’assister à de nombreux concerts qui m’ont permis de découvrir ce métier.  Qui n’a jamais rêvé d’arpenter les coulisses d’un concert ? Et bien pour moi c’était tout naturel, toute petite, je me faufilais dans les loges des artistes, et je rêvais déjà d’être sur scène Adolescente j’ai eu plusieurs groupes de rock, puis j’ai quitté la Réunion. Tout d’abord je suis venue en Métropole.J’avais envie de sortir de ma zone de confort que je pouvais avoir à la REUNION. J’ai alors appris le Ukulélé pour pouvoir me produire sur scène sur des covers dans un premier temps. De fil en aiguille, j’ai remporté un tremplin musical et un an après j’ai signé avec le label NB Records. 


2) De quels instruments joues-tu? 

Je joue du piano et du Ukulélé. 


3) As tu choisi rapidement quelle direction artistique prendre? 

J’ai toujours eu cette très forte envie de chanter, alors oui, je peux dire que j’ai toujours su que je voulais devenir chanteuse. D’ailleurs je le répétais si souvent à mes copines lorsque j’étais au collège, qu’on en rigole encore avec certaines de mes anciennes camarades de classe avec qui je communique encore 

4) Quelles sont tes futurs projets, ambitions? 

Ma rencontre avec ADG, auteur – compositeur a été le déclencheur de cette aventure. La réalisation de notre premier EP« Lumière noire » s’est faite tout naturellement.  Alors bien sûr, la prochaine étape logique sera la réalisation d’un album, qui devrait sonner plus acoustique, plus intimiste. Envie de revenir à quelque chose d’épuré qui correspond plus à mon ADN. J’ai bien sûr également hâte de monter sur scène pour pouvoir rencontrer mon public, la scène étant toujours un moment magique, un moment de vérité. Mais comme on le sait, malheureusement, en raison de la crise sanitaire que nous traversons, les concerts ne sont pour l’instant pas à l’ordre du jour.  Et bien évidemment je rêve du jour où je pourrai faire une grosse tournée.  Me produire sur de grandes scènes mythiques comme l’Olympia ou l’Arena, reste un rêve de petite fille! 

5) Quelles sont tes principales  influences musicales, littéraires et artistiques? 

Mes influences musicales sont éclectiques.  Enfant, j’ai été bercé par la musique française et le gospel.  Brassens, Edith Piaf, Barbara etc. Adolescente, j’étais plutôt dans ma période « diva » j’écoutais  des artistes comme Mariah Carey, Céline Dion, Whitney Houston, des chanteuses à voix mais également des groupes de rock  tels qu’ Incubus, K’s choice, Sum 41, Blink 182, Bullet for my Valentine, Evanescence. Quelques auteurs que j’apprécie, Amélie Nothomb, Stefan Zweig. Depuis un certain temps je m’intéresse à la psychologie, au développement personnel, et tout particulièrement aux neurosciences. Je suis très axée la dessus en ce moment. Je découvre que les mécanismes de la pensée et des émotions, sont bien plus subtils et mystérieux qu’on ne le croyait.  Les neurosciences peuvent être un outil, un moyen d’ améliorer notre bien être, nos interactions avec les autres et nos modes de réflexion.Les neurosciences représentent l’un des plus grands défis de ce siècle à mon sens. Sujet passionnant ! 

6) Comment vis tu la crise sanitaire actuelle? 

Je pense que cette crise sanitaire nous donne l’ occasion de nous recentrer sur  nous-mêmes et nous apprend à nous remettre en question.  Cette période inédite, si spéciale nous enseigne la patience, la résilience.  
Elle nous donne aussi l’opportunité de nous questionner sur le sens de nos vies, de nos rapports avec les autres et finalement nous permet peut être de redécouvrir qui nous sommes au fond de nous. Quelles sont nos aspirations ? Qu’avons nous envie d’apporter aux autres ? Qu’avons nous envie de faire de nos vies ? Pour ma part, je m’efforce chaque jour de devenir la meilleure version de moi même 

7) Penses-tu qu’aujourd’hui les réseaux sociaux sont des moyens incontournables pour se faire connaître ?

Oui de toute évidence, aujourd’hui il est impossible de passer outre les réseaux sociaux qui sont devenus un outil de communication indispensable, pour gagner en visibilité, un pilier dans toute stratégie marketing. Inclure les réseaux sociaux dans sa stratégie digitale est devenue essentiel et la musique ne déroge pas à la règle. 

8) De quel(s) artiste(s) ou groupe(s) aimerais tu faire une reprise/ un cover ?  

C’est marrant, en ce moment il m’arrive de pousser la chansonnette sur « somewhere only we know » de Keane ou « Chasing cars » de Snow Patrol. Mais j’ai tant d’autres idées … 

9) Ton premier EP ‘ Lumière Noire’ à paraître prochainement a été entièrement financé via une campagne de crowdfunding, comment est né ce projet ? 

Le contexte actuel a été le déclencheur.  En raison de la crise sanitaire, nos métiers ont été fortement impactés, concerts,  spectacles annulés et d’un commun accord, avec mon label, nous avons décidé de lancer une campagne de crowdfunding pour aider au financement de ce premier EP.  Les gens ont été réceptifs et j’en profite d’ailleurs pour remercier toutes celles et ceux qui ont joué le jeu.  

10) Peux-tu nous parler de ce futur EP de 6 titres? 

Les thèmes abordés sont divers. Lumière noire reflète ce que je suis au fond, un  mélange contrasté entre cette fille joyeuse, festive et les interrogations et doutes que peut avoir la femme que je suis aujourd’hui, évoluant dans un monde assez  irrationnel et dur. Les sujets traitent de sujets différents, l’Amour, l’insouciance,  
bien sûr, mais aussi de sujets plus sombres et profonds comme celui de « lumière noire  » .  « Lumière noire » est une réflexion, un questionnement de notre place en tant qu’êtres humains sur terre. Quels sont nos actions ? Pourquoi ce besoin perpétuel en nous de vouloir tout détruire, tout s ‘approprier comme si nous étions les seuls sur cette planète. L’écologie, l’amour, la tristesse aussi, sont au centre de ce tableau. 

11) Combien d’années te donnes tu pour t’imposer en tant que chanteuse? 

Ça fait un peu moins de 2 ans que j’ai commencé sérieusement et les retombées sont plutôt encourageantes. Je crois surtout qu’il ne faut pas perdre de vue ses objectifs et faire ce qu’il faut pour réaliser ce qui nous tient à coeur.    Je terminerai cette interview par cette phrase de Paulo Coelho extraite de son beau conte philosophique, «  l’alchimiste », destiné à l’enfant qui sommeille en chacun de nous. « C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante ». Alors n’attendons pas, fonçons ! 
Merci à vous. 
Lezia

Merci à Lezia!

Interview réalisée par mail via NB Records

Electrypop Interview 2020 – All Rights Reserved

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s